Etape 14 – Smuggler, une success story à la française

SMUGGLER-costumier-made in france-8

Smuggler, vous n’avez pas pu y échapper. En quelques années, cette marque de costume française est devenue LA référence de la garde-robe du PAF. Smuggler habille les présentateurs gominés des chaînes d’infos, les hommes politiques et les sportifs de haut-niveau. La veste courte et cintrée des hommes de Canal +, voilà la griffe Smuggler. Devenu homme-sandwich de cette marque, Arnaud Montebourg donne régulièrement de sa personne en vantant, face caméra, tous les bienfaits des costumes made in France qu’il porte.

Smuggler a su imposer son style et sa philosophie. C’est l’une des dix premières entreprises à avoir obtenu le label Origine France Garantie pour ses costumes. Convaincu qu’il était possible de produire en France des costumes aux mêmes prix que les entreprises délocalisées, Gilles Attaf, actuel Pdg de l’entreprise, racheta la marque en 2000. Son objectif : maintenir un outil de production en France et protéger un savoir-faire artisanal en voie de disparition. En faisant très tôt le pari d’une consommation citoyenne, ce fils de culottier bellevillois est aujourd’hui considéré comme un pionnier de l’aventure made in France.

 

 

L’atelier France Confection où sont fabriqués les costumes Smuggler est situé à Limoges. 120 personnes y confectionnent costumes, manteaux et petits gilets de ces messieurs. Notre visite commence par la draperie. 1000 références de tissus de toutes les couleurs et de tous les motifs y sont conservées. Ainsi, il est possible de réparer des costumes fabriqués il y a 5 ans.

Nous passons ensuite à l’atelier de confection. On y a fait des pièces pour le prêt à porter et des pièces sur-mesure. Armées de leurs ciseaux géants, leurs d’épingles et leurs fers à repasser, les pimpantes couturières s’activent. Pour chaque costume sur-mesure, une fiche client mentionnant les mensurations de dos, d’épaules, de poitrine, de bras, de cou… Les costumes passent de mains en mains jusqu’aux finitions. 150 étapes sont nécessaires à la confection d’une veste. Directrice générale de l’atelier, Elisabeth Bonnefont veille au grain. C’est elle qui impulse le rythme de l’atelier, distribue le travail, réorganise, vérifie.

Nous terminons notre visite par la boutique d’usine. Les clients viennent ici de père en fils se faire faire leurs costumes des grands jours. Smuggler est un tailleur à l’ancienne. De ceux qu’on voit dans les films britanniques, avec bow-window et coussins de velours… Bon, Smuggler Limoges, c’est plus rustique que les boutiques Londoniennes, mais l’idée est là. D’ailleurs, sa nouvelle égérie n’est autre qu’un célèbre cavalier français, Kevin Staut, un vrai gentleman farmer.

 

 

Comment Smuggler parvient-il à concurrencer les grandes marques du luxe délocalisées ? Comme beaucoup d’autres entrepreneurs français, Gilles Attaf mise sur la proximité avec le client. Souplesse de production permettant d’assurer des petites séries et des coups de bourre de dernière minute, service après-vente incluant retouches et réparations et surtout le sur- mesure, voilà les avantages concrets qu’offre la production en France.

De plus, en supprimant les intermédiaires et donc les marges des distributeurs, Smuggler peut se permettre de baisser ses tarifs. Ainsi, le prix d’un de leur costume n’excède pas celui de ses concurrents : 900 euros pour un costume sur mesure chez Smuggler contre 1200 à 1300 chez ses concurrents. Une quinzaine de boutiques existent déjà.

 

 

Aujourd’hui, Smuggler voit la vie en rose. Avec 1,5 millions de chiffre d’affaires et une place unique dans le paysage textile français (c’est aujourd’hui le dernier costumier français produisant sur le territoire), les dirigeants de l’entreprise veulent ouvrir d’autres boutiques en France et se développer en Asie et aux Etats-Unis.

Le PDG de Smuggler était en voyage d’affaire en Asie lors de notre passage à Limoges. Cette étape ne comporte donc pas d’interview éco comme nous le faisons habituellement. Mais Gilles Attaf ayant été hyper médiatisé ces dernières années, nulle doute qu’il ne nous en tiendra pas rigueur… Nous avons donc laissé notre imagination vagabonder et vous offrons nos trouvailles d’atelier, cousues main.

 

 

Un commentaire

  1. JuventusNo Gravatar   •  

    Much thanks again. Want more.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *