Etape 11 – Bleu de chauffe, un sac bobo cool

Bleu de Chauffe-atelier-made in france-33

Nous piquons doucement vers l’Ouest. Après le Gard, cap sur l’Aveyron, fief des hippies du Larzac et du célèbre viaduc de Millau. Nous passons sous ses pylônes majestueux et rejoignons le petit village de Saint-Georges-de-Luzençon. C’est là que sont confectionnés avec amour les sacs à main en cuir de la marque montante Bleu de Chauffe.

Cette marque est le fruit de la rencontre de deux mondes : la création d’Alexandre Rousseau et le savoir-faire du cuir de Julien Hanchir. Designer produit, Alexandre a fait ses armes auprès des grandes enseignes françaises de bagagerie et d’accessoires, Lancel et Le Coq sportif. Durant cette période, il a beaucoup voyagé en Asie, notamment en Chine et en Thaïlande, où les sacs sont fabriqués. C’est lui qui a imaginé et dessiné les sacs Bleu de Chauffe. Julien, colosse tatoué d’1 mètre 93, est un ancien rugbyman professionnel devenu maroquinier bourrelier. Autodidacte passionné du cuir, il s’est formé sur le terrain. Envoyé dans les clubs de rugby d’Aurillac ou de Narbonne, il a appris auprès de vieux artisans les techniques traditionnelles du cuir entre deux entraînements sportifs. Au fil des années, Julien s’est constitué un parc de machines et a gagné une certaine notoriété. Son atelier de confection embauche aujourd’hui une dizaine de personnes et tourne principalement grâce aux commandes Bleu de Chauffe. La sophistication discrète d’Alexandre et le savoir-faire artisanal de Julien : L’identité forte de la marque Bleu de Chauffe tient à cette rencontre entre air et terre.

Bleu de Chauffe-atelier-made in france-43

Le concept de la marque: un sac de prolo haut-de-gamme

Lorsque Alexandre lance en 2009 la marque Bleu de Chauffe avec Thierry Batteux, son associé rencontré chez son ancien employeur, ils définissent trois principes : faire des sacs « workwear » inspirés des vêtements de travail et fabriquer en France de manière éthique Et écologique. Ainsi, des sacs de travail du début du 20ème siècle sont remis au goût du jour. Alexandre réinterprète d’anciens modèles de sacs de plombiers, de postiers ou de forestiers, et il les adapte aux travailleurs d’aujourd’hui. Les poches pour clés à molettes deviennent des poches pour ordinateurs et téléphones portables.

Ensuite, les entrepreneurs misent sur le made in France : Les tanneries sont françaises et le savoir-faire aveyronnais. Sur les sacs Bleu de Chauffe, tout est fabriqué sur le territoire, exceptés les rivets en laiton qui viennent de Belgique. Mais ici, pas de label Origine France Garantie. Les demandes répétées d’Alexandre auprès de l’association Pro France qui certifie les produits sont restées lettre morte. Et puis “quel dommage que ce label soit payant !  » nous confie-t-il.

Les sacs sont en cuir tanné végétal. Contrairement à ce qui se pratique dans les usines asiatiques, les cuirs utilisés par Bleu de Chauffe ne sont pas traités au chrome mais aux essences naturelles de mimosa, châtaignier et acacia. Pas de risque d’empoisonner les ouvriers ni de faire des allergies !

Le petit atelier Bleu de Chauffe résonne au son des machines à coudre, des marteaux qui poinçonnent et des rires des salariés, des femmes pour la plupart. Julien coach avec plaisir la petite équipe, loin de l’ambiance des stades de rugby. Les sacs sont entièrement montés à la main par des ouvrières qualifiées, dont deux sont issues de la prestigieuse école des Compagnons du devoir. Cuir épais, montage sur l’envers pour plus de résistance, les sacs sont conçus pour résister au temps. Vérifiés sous toutes les coutures, Bleu de Chauffe assure le service après-vente. Une qualité qui a un prix. Pour leur pièce maîtresse, le sac “plombier homme”, comptez 400 euros.

Un prix élevé

Alexandre Rousseau doit s’aligner sur les marges des distributeurs qui vendent ses produits: les boutiques d’accessoires de mode. Il ne peut pas leur faire concurrence en vendant moins cher en direct mais ne peut pas non plus se passer d’eux ! Pour exister, les sacs d’Alexandre ont besoin d’être vus et touchés par la clientèle dans de véritables boutiques. Cette relation d’interdépendance entre créateurs et distributeurs, on la retrouve sur toutes nos étapes.

Autre explication de ce prix élevé: les tanneries françaises ont toutes été rachetées par les riches entreprises de bagagerie, telles Vuitton, Hermès, etc. Elles fixent aujourd’hui les prix du cuir et se servent en premier, choisissant les peaux de catégories inférieures et laissant les cuirs de première catégorie, les plus chers et les plus prestigieux, aux petites entreprises.

Bleu de Chauffe-atelier-made in france-26

 

Success story aveyronnaise

La petite marque Bleu de Chauffe est en train de se tailler une jolie place dans l’univers feutré des bagagistes français. Elle est devenue une référence pour les “hipsters” des grandes capitales. Cinq ans après sa création, l’entreprise vend chaque année 5000 pièces en France, en Europe et en Asie. Son chiffre d’affaire s’élève à 700 000 euros. Si personne ne roule encore sur l’or chez Bleu de Chauffe, la petite entreprise commence à bien tourner.

Ce soir, nous fêtons sur le parking le départ de l’une des stagiaires. Nous avons sorti des bouteilles de clairette, le vin produit par le père d’une des ouvrières. Zoé, Camille et les autres rigolent en tirant quelques bouffées sur leurs roulées. Chaque sac Bleu de Chauffe porte le prénom de l’une d’entre elles, ainsi que sa date de fabrication. Un petit supplément d’âme pour un sac qui a décidément beaucoup de caractèrre.

260614-154