Etape 09 – Thomas “relookalise” le jean en France

1083_atelier_marseille-7

1083: C’est le nombre de kilomètres qui séparent Menton sur la Côte d’Azur de Porspoder dans le Finistère. Les 2 villes les plus éloignées de l’hexagone! C’est aussi le nom d’une marque de jeans et de chaussures made in France lancée l’année dernière par un jeune créateur drômois, Thomas Huriez.

1083_atelier_marseille-14

Nous sommes passés voir Thomas à Marseille, où il fait confectionner ses jeans. Ses pantalons sont cousus et assemblés dans un petit atelier tenu par deux frères arméniens, des as du textile. Impensable un an plus tôt, au moment où Thomas s’est lancé dans cette folle aventure, cinq couturières ont pourtant été embauchées depuis que la marque 1083 a vu le jour.

Pendant notre tour de France, tout le monde nous a répété que produire du textile en France est devenu impossible. La raison invoquée ? Ce secteur nécessite beaucoup de main d’œuvre, les salaires d’Europe de l’Ouest ne peuvent pas rivaliser avec ceux pratiqués en Asie ou en Afrique. Avec un revenu moyen de 40 euros par mois, l’Ethiopie peut se targuer d’être le pays le moins cher du monde pour fabriquer des vêtements. L’enseigne H&M vient d’ailleurs de s’y implanter.

1083_atelier_marseille-3

Et pourtant, Thomas Huriez l’a fait. Il produit bien ses jeans en France qu’il vend 89 euros pièce, le prix moyen d’un Levi’s produit à des milliers de kilomètres. Sa recette ? Diminuer le nombre d’intermédiaires entre le producteur et le consommateur ainsi que les coûts de transport. Mais Thomas a dû se retrousser les manches…

Les ateliers de couture français se font de plus en plus rares. Le textile est un des secteurs qui a le plus souffert des délocalisations. Quant à l’obtention d’un crédit pour démarrer une activité, dur dur… Thomas a donc fait appel en 2013 à la plateforme de financement participatif Ulule pour lancer son projet. En quelques mois, des milliers d’internautes lui ont pré-commandé des jeans. Ces fonds lui ont permis d’acheter sa matière première principale, de la toile denim en coton bio, et de lancer sa première production.

Un jean local, écolo et pas si cher que ça

Thomas propose trois coupes classiques dont un jean droit pour homme et pour femme et une coupe femme bootcut. Ses jeans sont fabriqués à 95% sur le territoire, quelques éléments ou process n’étant pas disponibles sur place. Si Thomas n’a pas le label Origine France Garantie (trop cher pour un petit entrepreneur comme lui), il joue la transparence sur l’origine de son produit. Le coton bio est produit en Turquie (comme les chaussettes Labonal, notre première étape) et transformé dans une filature italienne. La teinture et le tissage sont réalisés à Roanne, dans la Loire. Le montage est fait ici, à Marseille. Le fil à coudre vient de la fabrique Bruneel dans le nord de la France. Seuls les boutons ne sont pas encore produits sur le territoire.

Thomas propose également aux clients débrouillards d’assembler eux-mêmes leur jeans qu’ils reçoivent en kit. Le partage de connaissances, ça le botte et ça lui vient de ses études dans l’informatique durant lesquelles il avait rédigé un mémoire sur les logiciels libres.

1083_atelier_marseille-18

“Faire sa part”

Ce n’est pas un hasard si Thomas s’est lancé dans ce projet. Habitant Romans-sur-Isère (Drôme), il a vu l’industrie de la chaussure romanaise s’effondrer (cf l’étape 07, les chaussures made in Romans). Témoin de trente années de délocalisations, Thomas, 33 ans,“relookalise” ! Il rêvait d’un projet éthique, porteur de sens. En créant 1083, il voulait se sentir utile à la société. Une façon de “faire sa part”. Cette expression, il la tient du paysan philosophe Pierre Rabhi, un de ses inspirateurs. Comme le colibri éteint le feu de forêt goutte après goutte, Thomas Huriez, lui, fabrique des jeans.

Les jeans 1083 de Thomas rencontrent un beau succès. Mais le plus dur reste à faire : Menton-Porspoder en vélo! En effet, il a promis aux internautes qui ont participé au financement sur le site Ulule de relier ces deux villes si son projet dépassait les 1083 jeans commandés. Avec 5000 paires vendues à ce jour, Thomas va devoir pédaler ! Et vous savez quoi ? Il va le faire sur un vélo made in France ! Départ le 10 juillet 2013 de Menton (près de UNIC, 8ème étape). On peut suivre son aventure sur le blog 1083.

1083_atelier_marseille-13